Attitudes culturelles et juridiques face à la donation d’ovocytes

Plus de trente-cinq ans ont passé depuis le premier succès confirmé de la fécondation in vitro. Toutefois, certains pays d’Europe gardent encore une position peu favorable à la reproduction assistée, ce qui a abouti à un grand écart entre les positions des pays européens sur la question.

Bien que la recherche montre que le grand public en Europe est favorable à la reproduction assistée, les positions et les politiques gouvernementales ne reflètent pas toujours cela. Dans les faits, la reproduction assistée est souvent considérée soit comme contraire à l’éthique, soit comme un luxe. Il en résulte qu’elle est parfois étouffée, et parfois non prise en charge financièrement, laissant beaucoup de couples dans une position où ils doivent financer eux-mêmes toute la procédure ou, plus important encore, ne peuvent pas obtenir les traitements dont ils ont besoin.

Cette position est bien sûr une préoccupation importante pour une Europe dont les taux de natalité et de fertililité sont en baisse. Des facteurs sociaux de toutes sortes affectent la fertililité en Europe et dans le monde : y compris l’introduction de la contraception, l’évolution du rôle des femmes dans la société, l’introduction du planning familial, et les tendances générales de parentalité tardive et de hausse des coûts de l’éducation des enfants.

Pourtant, un couple européen sur six est confronté à un type de problème d’infertilité, et il serait difficile de nier que chaque être humain a le droit de se reproduire et ne peut pas être blâmé individuellement pour le fait que des développements sociaux plus larges conduisent à une augmentation du taux d’infertilité . Ainsi, de nombreux couples ayant le désir de fonder leur propre famille doivent se tourner ailleurs.

La question la plus controversée dans la reproduction assistée est le don d’ovocytes. Certains grands pays européens, tels que l’Autriche, Allemagne ou l’Italie, interdisent explicitement le don d’ovocytes.

Heureusement, il y a plusieurs pays européens qui restent plus libéraux concernant les traitements de l‘infertilité. La République tchèque est l‘un d’entre eux, et sa longue tradition de libéralisme, d‘ouverture et de tolérance envers les questions sociales controversées se reflète dans son attitude face aux traitements de l‘infertilité. Cela aide à faciliter la longue expérience en matière de reproduction assistée dans le pays, ce qui, avec la qualité généralement élevée de ses services médicaux, contribue à la formation d‘un corps de professionnels de la santé hautement expérimentés et compétents dans ce domaine.

République tchèque FIV-DO

Selon les statistiques officielles de la Commission Européenne, la République tchèque a – par ordre de grandeur – la plus grande quantité enregistrée de dons d’ovocytes dans l’Union européenne. Cette mesure quantitative (qui est assez étonnante pour un pays de cette taille) montre que le pays est très actif et expérimenté dans le domaine de la reproduction assistée. Il n’est donc pas surprenant qu’il existe plusieurs cliniques de haut niveau à Prague, la capitale tchèque – y compris la nouvelle clinique FIV GYNEM – qui ont enregistré un merveilleux taux de réussite de 63% pour les grossesses issues de dons d’ovocytes.

Il faut également ajouter à cela le fait que la République tchèque, contrairement à certains autres pays d’Europe, a une réglementation efficace quant au consentement de la donneuse et à l’anonymat, et a des procédures recommandées concernant les soins et l’indemnisation des donneuses – ce qui est interdit dans de nombreux pays européens, rendant les donneuses très difficile à trouver.

Cela rend le pays un emplacement de choix où suivre un traitement de l‘infertilité, et peut-être que la culture libérale de la République tchèque, couplée avec celle de plusieurs autres pays européens, permettra une expansion et un soutien supplémentaire de la reproduction assistée dans une Europe vieillissante.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Napsat komentář